• Les cluricaunes

    WhiskeyLes cluricaunes sont des esprits d'Irlande apparaissant sous les traits de minuscules vieux bonhommes hauts de six pouces, soit quinze centimètres. Ils sont vêtus d'un long manteau rouge aux pans attachés par une grosse boucle d'argent, sont chaussés de bas bleus et de souliers à boucle et hauts talons, et son coiffés d'un bonnet de nuit rouge. Ils sont cousins des leprechauns, mais autant ces derniers sont revêches et travailleurs, autant les cluricaunes sont gais et inscousciants.

     

    Les trafiquants de fausse monnaie

    Contrairement aux riches leprechauns, les cluricaunes n'ont pas le sou. Mais ils se rattrapent en battant leur propre argent, qui n'a pas cours chez les humains, où il est considéré avec mépris comme de la fausse monnaie. On entend parfois les collines retentir du bruit de leurs marteaux frappant de fausses pièces. L'honorable révérend Kirk confirme ce fait : les acteurs anglais eux-même racontent que dans l'île de Barry, dans le Glamorganshire, si l'on approche l'oreille d'une crevasse des rochers, l'on entend toujours distinctement le bruit des soufflets, les coups de marteau, le choc des armurs, le limage du fer, depuis que Merlin a enchanté ces êtres souterrains surnaturels en les obligeant à forger de leurs propres mains, des armes pour Aurélius Ambrosius et ses Bretons, jusqu'à son retour; Merlin ayant été tué dans une bataille et n'étant pas revenu pour faire cesser l'enchantement, ces actifs vulcains sont ainsi condamnés à un travail perpétuel.


    4066213-verre-de-boisson-alcoolis-e-whith-gla-ons.jpg

    Le secret du Whiskey

    Portés sur la bouteille, les cluricaunes ont peu à peu déserté leurs collines pour hanter les caves et les celliers des humains, dont ils se plaisent à boire les bouteilles - ils élisent de préférence domicile chez les buveurs notoires aux caves bien garnies. Ils sont particulièrement redoutés dans les pubs, où ils mettent à sec en un rien de temps les fûts de Guiness ou de Kilkenny, notamment les soirs de Saint-Patrick.

    On dit que ces nains sont à l'origine de la recette de l'authentique whiskey irlandais, distillé trois fois contre deux distillations seulement pour le whiskey écossais. Jadis, fatigués de hanter les landes humides d'Irlande et perclus de rhumatismes, ils demandèrent aux Irlandais l'autorisation de résider une partie du temps dans leurs caves et leurs celliers, en échange de quoi ils leur confieraient un trésor. Les habitants de l'Île Verte acceptèrent bien volontier, car ils croyaient les cluricaunes fort riches, ignorant encore que leurs richesse étaient de pacotille. Mais le trésor en question, s'il avait bien la couleur de l'or, n'en avait pas le goût : il s'agissait du whiskey ! Les Irlandais, pourtant, ne perdirent pas au change et, encore aujourd'hui, ils offrent des libations aux bons cluricaunes en répendant un peu de leur verre de whiskey sur le comptoir des pubs !

     

    La petite Encyclopédie du Merveilleux par Edouard Brassey

    « DraculaLes lacs de Killarney »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 1er Août 2011 à 21:47
    mamzelle.B

    Coucou Gabrielle

    Le temps est au beau depuis quelques jours, pourvu que ça dure !!

    je te souhaite une agréable soirée

    bises

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :