• Contes et Récits d'Oscar Wilde

    9782253160540-GHuumm... Comment dire... Depuis toute petite, j'ai toujours aimé lire. Très jeune j'ai commencé à m'intéresser aux grands de la littérature française et à certains classiques de la littérature étrangère. Parmi ces derniers, quelques oeuvres d'Osacr Wilde en faisaient partie. Cependant, dans mes souvenirs (qui doivent dater de l'époque où j'étais en primaire), je n'avais pas du tout aimé cet auteur et son style d'écriture.

    Malgré cela, la semaine dernière, dans une librairie, j'ai décidé d'acheter certaines de ses oeuvres pour prendre un peu d'avance sur mes futurs cours de fac en littérature anglophone, en pensant que tôt ou tard, un professeur en ferait au moins allusion.

    C'est donc avec beaucoup d'appréhensions que je commença à lire Contes et Récits; recueil de différents contes et nouvelles de cet auteur. Et je fut très agréablement surprise par la manière de l'auteur de faire plonger le lecteur dans son univers, décrivant la société victorienne et les hommes et femmes qui vivaient à cette époque, avec humour et ironie. Oscar Wilde use aussi bien du conte, que de scène de crime pour pousser le lecteur dans une réflexion de la société et de la nature de l'homme...

    Bref, en redécouvrant ces contes, (que j'ai dévoré en une journée), j'ai pu me réconcilier avec cet auteur, et je me rends compte à quel point j'ai pu être idiote d'être passée à coté d'un joyaux de la littérature irlandaise étant jeune.

     

    Quatrième de couverture:

    En 1888, lorsque Osacr Wilde publie Le Prince heureux et autres contes, il attend de ce livre qu'il assoie une réputation encore mince - et c'est bien en effet son premier succès de librairie. Certains de ces textes sont des contes merveilleux, d'autres mettent en scène des animaux, d'autres encore sont satiriques: pages pleines d'humour où se fait jour souvent le ton joyeusement désabusé qui sera plus tard celui de ses comédies.
    Cette diversité inventive et brillante se retrouve dans tous les récits des années suivantes, qui se moquent du sérieux et se jouent du devoir: histoire policière avec Le Crime de lord Arthur Savile, histoire d'amour avec Le Fantôme de Canterville, mais histoire aussi de supercherie avec Le Millionnaire modèle et Le Portrait de Mr W.H., car la vérité n'est pas plus authentique que l'apparence. Wilde prend le parti de l'ironie et de la satire, et l'élégance l'emporte sur la morale dans un monde où rien n'échappe jamais au truquage - pas même la mort.
    « Violences à Belfaste (suite)Tourbières irlandaises menacées »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :