• Le Titanic a son musée, 100 ans après le naufrageUn musée consacré au Titanic a ouvert ses portes à Belfast samedi, à quelques jours du centième anniversaire du naufrage de ce paquebot construit dans la province britannique d'Irlande du Nord. Les chantiers navals de Belfast avaient travaillé trois ans à la construction du paquebot, le plus grand du monde à l'époque, et dix mois à son aménagement intérieur. Plusieurs personnalités politiques nord-irlandaises ainsi qu'un témoin de la mise à l'eau du paquebot en 1911 étaient présents samedi à l'ouverture de ce centre. "Mon père et ma mère m'avaient amené au chantier naval de Workman and Clark pour voir sa mise à l'eau", a raconté Cyril Quigley, aujourd'hui âgé de 105 ans. "J'ai vu cette énorme chose glisser dans l'eau. J'avais seulement quatre ans et demi", a ajouté ce comptable à la retraite. Naufrage dans la nuit du 14 au 15 avril Le Titanic a coulé au large de Terre-Neuve lors de son voyage inaugural de Southampton (Grande-Bretagne) à New York, après avoir heurté unh iceberg dans la nuit du 14 au 15 avril 1912. Le naufrage a fait plus de 1500 morts sur les 2200 passagers. Le nouveau centre consacré au paquebot n'abrite aucun objet d'époque. Tout est neuf, recréé à l'identique, du mobilier à la vaisselle, et les effets spéciaux et expériences en 3D projettent le visiteur dans la légende. Le bâtiment sur six étages, formé de quatre proues semblables à celle du paquebot naufragé, espère accueillir plus de 400'000 visiteurs la première année, et Belfast, qui porte encore les traces de trente années de violences entre catholiques et protestants, espère ainsi booster son industrie touristique. Environ 100'000 personnes ont déjà acheté leur billet d'entrée pour le musée.

    Tribune de Genève

     

     Visite guidée virtuelle du musée

     

     Reportage France 3

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Dès 795, les Vikings établissent des colonies à deux endroits en Irlande. L'une d'elles deviendra la capitale irlandaise, Dublin, alors que l'on croyait l'autre perdue à jamais, reléguée dans le domaine des légendes et contes folkloriques. Que nenni ! Le petit village d'Annagassan situé à 70km au Nord de Dublin abrite en effet le site parfaitement préservé de Linn Duachaill, la colonie Viking légendaire.

    La recherche du mythique site Viking commencée en 2005 par Ruth Cassidy, réalisatrice de films, et son ami archéologue, Mark Clinton, débouche en 2007 sur la découverte d'une bande de terrain plate, qu'ils identifient comme le site idéal pour tirer les embarcations Vikings hors de l'eau lors des réparations et travaux. Les excavations aboutissent à la découverte le 17 septembre 2010 d'un site Viking dédié à la construction navale parfaitement préservé du temps. Plus de 300 objets et artéfacts sont découverts en trois jours, achevant de convaincre les sceptiques de l'importance de cette découverte.

    Plus d'un an après la découverte, à l'occasion d'une conférence tenue à Dundalk en octobre 2011, le village a été officiellement identifié comme un des sites Vikings les plus importants au monde. Le potentiel touristique est relativement important pour la région puisque cette découverte met à jour le rôle stratégique de l'Irlande dans le monde Viking. Le musée de Dundalk accueille ainsi une exposition sur les objets trouvés lors des fouilles.

    Une question reste cependant sans réponse à ce jour : Linn Dunachaill aurait-elle pu être la capitale de l'Irlande ? Pourquoi les Vikings ont-ils abandonné ce site en faveur de Dublin ? Rien n'est certain pour l'instant. La théorie la plus en vogue en ce moment attribue l'abandon de Linn Dunachaill pour Dublin aux marées qui coupaient l'accès à la mer pendant plusieurs heures aux bateaux Vikings. La colonie de Dubh Lin aurait ainsi été favorisée par les guerriers scandinaves parce que le site disposait en permanence d'un accès sur la mer, Dubh Lin devenant Dublin au fil des ans.

     http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/68679.htm

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Cork City Gaol

    Aussi sinistre que Kilmainhaim Gaol à Dublin, Cork City Gaol fut l’une des plus terribles prisons d’Irlande. Aujourd’hui reconvertie en musée, la prison offre un témoignage des plus poignants des conditions de détention des détenus de l’époque. La visite y est guidée, et vous emmène dans les tréfonds de la prison et de ses cellules : une visite à faire froid dans le dos !

    Histoire de Cork City Gaol

    Une prison à la triste réputation, érigée au IXème siècle.

    Les travaux de construction de la prison de Cork débutèrent en 1806, sous la direction de Thomas Dean et de l’architecte William Robertson. Les travaux dureront plusieurs années, jusqu’à ce que la prison ouvre pour la première fois ses portes en 1824. Très moderne pour l’époque, Cork City Gaol jouit au départ d’une excellente réputation : les cellules y sont froides et humides, mais les structures de la prison en font un lieu d’incarcération jugé « tout confort » pour l’époque. (Ne nous laissons pas avoir : les conditions carcérales y étaient pourtant très difficile).

    En 1870, la prison de Cork subit quelques transformations et voit son aile ouest quelque peu agrandie pour accueillir d’avantage de prisonniers. C’est d’ailleurs à cette époque, que la Cork City Gaol devient une prison exclusivement réservée à l’incarcération des femmes. Elle transfère donc ses détenus masculins vers d’autres prisons, comme Kilmainham Gaol à Dublin, et accueille désormais une population exclusivement féminine, coupable de crimes et délits allant de la simple mendicité, au vol, ou au meurtre. Certaines sont parfois enceintes, accouchent au sein de la prison, et y élèvent leur enfant dans des conditions insalubres.

    La Guerre Civile Irlandaise (1922/1924) oblige cependant la prison à accueillir entre ses murs quelques hommes opposés au Traité de Londres qui sont incarcérés de 1922 à 1923. Ces derniers purgent leur peine aux côté des détenues féminines, ce qui n’est pas pour créer certaines tensions au sein de la prison.

    C’est en 1923 que la Cork City Gaol ferme définitivement ses portes : jugée insalubre et vieillissante, la prison ne peut plus accueillir de prisonnier, et est finalement laissée à l’abandon durant plusieurs années. Elle sera par la suite reprise par l’Etat Irlandais, et reconvertie en musée en 1993 pour retracer l’Histoire de la prison, mais aussi témoigner des conditions difficiles de détention de l’époque.

     

    Visiter Cork City Gaol

    Plongez au cœur du quotidien misérable des anciens détenus…

    La visite de Cork City Gaol est obligatoirement guidée, et vous mènera vers les différentes ailes de la prison. Vous y découvrirez notamment l’aile ouest, l’une des plus grande partie de la prison, où se trouve plus de 40 cellules réparties dans un hémiscycle sur 3 étages. Le tout est relié par un escalier en fer, qui donne accès aux étages supérieurs.

    Afin de pimenter la visite, vous découvrirez le long de votre exploration de la prison de nombreux mannequins mettant en scène des geôliers et des détenus, dans des situations très variées.

    On y observe notamment des scène de maltraitance des détenus, battus à coup de fouet dans leurs cellule, des prêtres venant confesser les prisonniers, ou encore des surveillants de la prison dans des scènes quotidiennes, en train de jouer aux cartes ou surveillant certaines parties de la prison.

    Vous aurez ensuite l’occasion, pour les plus courageux, de tenter une expérience des plus terribles, où votre guide vous proposera de vous enfermer seul dans une cellule, afin de mesurer toute l’ampleur des condition de détention de l’époque. Sensations fortes garanties ! Fort heureusement, vous serez libéré en moins d’une minute…

    Enfin, vous serez convié à assister à la projection d’un film, qui reconstitue le plus fidèlement possible un procès de l’époque.

     

    Guide Irlande

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Cliffs-of-Moher--Ireland.jpg"Les falaises de Moher (en anglais Cliffs of Moher) sont des ensembles de falaises situées dans le comté de Clare, en Irlande. Les falaises s’élèvent jusqu’à 214 m au-dessus de l’océan Atlantique sur une longueur de 8 km. Les falaises se composent principalement de lits de schiste et de grès namuriens. La plupart des animaux vivant sur ces falaises sont des oiseaux."

     

    Un vote est ouvert à tout ceux qui souhaite y participer pour élire les 7 nouvelles merveilles de la nature. Les falaises de Moher, les plus grandes falaises d'Irlande font partie des "candidats". 

    Je vous conseille donc fortement de voter sur Le Site: New 7 wonders of nature avant le 11 Novembre 2011.

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • ARTS_Fleadh_Ireland_333961g.jpgLe Fleadh Cheoil (festival de musique en gaélique irlandais) est une compétition de musique irlandaise organisée par Comhaltas Ceoltóirí Éireann (CCÉ ou plus communément Comhaltas). Cette année, il aurra lieu à Cavan, comté de Cavan, Ulster, Irlande entre le 13 Aout et le 22 Aout2011.


    Site Officiel

      

    La compétition se déroule en plusieurs étapes. En Irlande, la sélection menant au All-Ireland Fleadh passe par des épreuves au niveau des comtés puis des provinces, alors qu'en Grande-Bretagne, des épreuves régionales amènent graduellement au niveau national. L'Amérique du Nord organise deux qualifications régionales Fleadh Cheoil. Le Mid Atlantic Fleadh couvre la côte est des États-Unis, l'est du Canada et les îles. Le Midwest Fleadh regroupe quant à lui le reste de l'Amérique du Nord, de Cleveland, Chicago, Saint Louis, Atlanta et Détroit à San Francisco. 

    Les catégories distinguent les classes d'âge suivantes : moins de 12 ans, de 12 à 15 ans, de 15 à 18 ans et sénior (plus de 18 ans).

    fleadhpic13.jpg

    Le premier festival national de musique irlandaise traditionnelle fut organisé à Mulingar (Comté de  Westmeath, Leinster, Irlande) en 1951. Lors de l'inauguration de septembre 1951, CCÉ proposa le nom de Fleadh Cheoil, dans l'intention d'en faire un grand festival national. Depuis, de nombreuses villes ont accueilli le Fleadh Cheol.

    Dans les années qui suivirent, le nombre de demandes de participation devint si important que des pré-qualifications furent organisées au niveau des comtés puis des provinces. Depuis lors Fleadh Nua (nouveau fleadh), Fleadh na Breataine (pour la Grande-Bretagne) et deux fleadhanna aux États-Unis, sont devenus des événements CCÉ annuels.

    Le but initial du Fleadh Cheoil était d'établir, pour la musique irlandaise traditionnelle, des standards grâce aux compétitions. C'est donc devenu sa caractéristique principale, mais il est également l'occasion de nombreux concerts, de céilíthe, de parades et de sessions.

    Aujourd'hui, après 50 ans d'existence, les fleadhanna de selection et la finale sont l'occasion de rassembler des milliers de musiciens annuellement (près de 20 000 par an), des chanteurs et des danseurs, qui font vivre la tradition musicale.

    Le festival 2008, à Tullamore (comté d'Offaly) a rassemblé une foule de près de 250 000 personnes, faisant de Fleadh Cheoil le plus grand festival d'Irlande.

    D'après le règlement de CCÉ :

    Les compétitions de solistes sont organisées pour les instruments suivants : fiddle, accordéon à deux rangées, Irish flute, tin whistle, concertina, uilleann pipes, harpe, harmonica (orgue à bouche), banjo, mandoline (excluant le banjo-mandoline), piano, mélodéon, bodhrán, cornemuses, divers instruments tels que l'accordéon à 3 ou 5 rangées, harmonica chromatique, ensemble de percussions, instruments d'accompagnement (restreint aux piano, harpe, guitare et autres bouzoukis), chant en irlandais et en anglais, sifflement, gavottage, créations de ballades en anglais ou en irlandais.
    Des compétitions de slow airs peuvent également être organisées pour toutes les tranches d'âge, pour les instruments suivants : fiddle, Irish flute, whistle et uilleann pipes.

    Des compétitions pour duos, trios, ceilí band et groupes instrumentaux, ensembles d'accordéons, pipe band et ensembles divers, sont également organisées.

    L'ensemble du règlement peut varier d'une année à l'autre.


    Wikipédia

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique